comme un creux sous un pli

bout

C’était, dans l’ennui rêche,
sur du foncier bâti,
la brèche
comme un creux sous un pli.

Brèche, quel œil oblong
cisèle du bout d’un cil,
ce gong,
en coupe et de profil ?

Es-tu l’ongle de dieu ?
Quel angelot manouche
nous touche
de son trushul épieu ?

N’es-tu rien qu’un croissant,
qu’une belle faucille bien grasse
rôtissant
sans jambon et sans farce ?

Es-tu, je le pressens
cette aiguille tordue
gloussant
dans ce gousset mordu ?

Sur ta courbe qui meurt
ce soir établit-on
quelle heur
a notre exaltation

Est-ce un feu qui t’embrase
quand ton foin s’épaissit
et rase
ton glabre défraîchi ?

Est-ce une bouche qui te gonfle
Quand ton col s’alourdit
et ronfle
En sifflant sous ton lit ?

Qui t’avait dilatée,
l’autre nuit ? T’étais-tu
éclatée
en sniffant un fétu ?

Car tu vins, paille et glauque
coller sous mon naseau
ta coke
à travers le roseau.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s